TEMOIGNAGE UN ELU FAVORABLE AUX EOLIENNES TEMOIGNE

TEMOIGNAGE UN ELU FAVORABLE AUX EOLIENNES TEMOIGNE
 
 
Deux-Sèvres,Coulonges-Thouarsais, La Chapelle-Gaudin, Thouars- Environnement
« À côté d’une éolienne :
Mais pour s’imaginer ce que c’est, on peut les comparer au bruit d’un moteur d’avion. Pas un avion qui passe évidemment. Un bruit permanent ».
La plus proche éolienne est située à 500 m de la maison de Philippe Derey-Viaud, à La Chapelle-Gaudin.
Il habite à 500 mètres d’une éolienne à La Chapelle-Gaudin et déplore le bruit.
Philippe Derey-Viaud a perdu toute tranquillité dans sa maison à la campagne, à La Chapelle-Gaudin, il y a un peu plus d’un an. Depuis le mois de juin 2011, où le parc de 18 éoliennes , à proximité de sa maison, a été mis en service.
Paradoxe : «En tant que conseiller municipal de la commune, j’avais voté pour ce projet». Mais ensuite, l’habitant a vite déchanté. « Nous avons été trompés par les photos. Les perspectives étaient faussées par rapport à la réalité. Les notions étaient très vagues ».
À vivre avec des éoliennes à 500 m de sa maison, il s’est aperçu que les conséquences pouvaient être importantes. «
L’aspect visuel n’est pas ce qui me dérange le plus. Ce sont vraiment les nuisances sonores. Dans une chambre, on ne pouvait plus dormir. C’était intenable», assure l’intéressé. En septembre de l’an passé, il contacte Enel Green Power, société qui gère ce parc éolien. « Nous avons pu avoir une réunion sur place en novembre ». Une étude d’impact sonore autour du parc s’en suit. « Lors de la réunion présentant les résultats, ils ont confirmé deux impacts sonores très forts ». L’un à la Noulière de La Chapelle-Gaudin où il habite et l’autre au village du Breuil, à Coulonges-Thouarsais. « Des normes supérieures aux limites prévues par la loi ».
À bout, la famille se voit dans l’obligation de faire réaliser des travaux pour se prémunir du bruit : « Nous avons réalisé des travaux dès l’hiver dans la chambre où l’on ne pouvait plus dormir, au niveau du plafond et des ouvertures ». Facture : 3.000 € qu’il envoie à la société Enel Green power… sans recevoir un centime. « Elle nous propose désormais un contrat d’étude de nuisance sonore », indique Philippe Derey-Viaud qui n’a rien signé.
« Pour l’instant, j’attends et j’ai déjà consulté un avocat », précise -t-il, prêt s’il le faut, à lancer une action en justice.
Article publié sur: http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Actualite/Environnement/n/Contenus/Articles
/2012/12/14/A-cote-d-une-eolienne-Un-bruit-d-avion-permanent